Sostika Logia
Quelques bons mots

 
A) Sujets Theologiques (10)

 1. Nourriture

La parole de Dieu est une nourriture inépuisable pour l’homme. Si ceux qui la dédaignent savaient de quoi ils se privent, ils la réclameraient avec insistance comme l’affamé recherche sa nourriture.
Le manque de nourriture, comme on le sait, s’appelle famine. Le manque de la Parole de Dieu, comme on ne le sait peut être pas, est aussi une famine.
C’est dans des passages de la sainte Bible que l’on peut trouver les fondements de tout cela :
a)   Quand le Seigneur Lui-même définit sa parole comme la « bonne part », c’est bien de « nourriture » qu’Il parle, c’est ainsi qu’Il dit à Marthe à propos de Marie qui l’écoute « Marie a choisi la meilleure part et personne ne la lui enlèvera ». (Luc 10,42)
b)  Le Seigneur Lui-même, également, définit sa parole comme nourriture quand Il dit « il est écrit : L’homme n’a pas seulement besoin de pain pour vivre mais aussi de toute parole que Dieu prononce » (Mat. 4,4).
c)   Et pour montrer que le manque de parole de Dieu est famine, Dieu Lui-même dit les paroles suivantes « Voici venir des jours, c’est là ce que déclare le Seigneur, l’Éternel, où je répandrai la famine dans le pays, on aura faim et soif, non pas de pain ou d’eau, mais faim et soif d’entendre les paroles de l’Eternel ». (Amos 8,11)
Cependant de nos jours où la parole de Dieu est offerte en abondance comme nourriture, il faut pourtant faire attention, car il y a danger d’anorexie et de mort de faim volontaire.

2. La Renaissance du chrétien

Ce que l'on appelle Renaissance d’un chrétien ne se fait pas par une cérémonie ou une pratique à un moment donné de sorte qu’à partir de là l’homme peut être appelé renaissant comme c’est le cas avec le baptême par lequel il reçoit le nom de baptisé.La Renaissance est le changement du chrétien d’homme charnel en homme spirituel conformément encore une fois aux paroles de Saint Paul : « Pour moi, frères, je n’ai pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des êtres de chair, comme à de petits enfants dans le Christ » (1 Cor. 3.1).La Renaissance est l’état dans lequel se trouve le chrétien quand il ne fait pas obstacle lui-même à l’action du Saint-Esprit en lui et en sa transformation, selon les paroles de Saint Paul : « Et ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner qu’elle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plait, ce qui est parfait » (Rom.12,2).Ainsi donc la Renaissance n’est pas la garantie d’une réalité qui mène à l’hesychia car elle exige une continuelle vigilance que Saint Paul recommande quand il : « C’est pourquoi, si quelqu’un se croit debout, qu’il prenne garde de ne pas tomber » (1 Cor.10,12). Ainsi, comme il est connu, si quelqu’un commet un péché, il ne doit pas rester effondré puisqu’il a les moyens de se relever.

3. L’ autorite

L'apôtre Paul a dit ce qui suit:
"Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont instituées par Dieu.
Si bien que celui qui résiste à l'autorité se rebelle contre l'ordre établi par Dieu. Et les rebelles se feront eux-mêmes condamner.
En effet, les magistrats ne sont pas à craindre quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu n'avoir pas à craindre l'autorité ? Fais le bien et tu recevras des éloges ;
car elle est un instrument de Dieu pour te conduire au bien. Mais crains, si tu fais le mal ; car ce n'est pas pour rien qu'elle porte le glaive : elle est un instrument de Dieu pour faire justice et châtier qui fait le mal.
Aussi doit-on se soumettre non seulement par crainte du châtiment, mais par motif de conscience.
N'est-ce pas pour cela même que vous payez les impôts ? Car il s'agit de fonctionnaires qui s'appliquent de par Dieu à cet office.
Rendez à chacun ce qui lui est dû : à qui vous devez l'impôt, l'impôt ; à qui vous devez les taxes, les taxes ; à qui vous devez la crainte, la crainte ; à qui vous devez l'honneur, l'honneur.
N'ayez de dettes envers personne, sinon celle de l'amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la loi." (Rom. 13,1-8).
Qui honore l'apôtre du Christ, et pourtant méprise ses paroles, il a un problème et doit y penser sérieusement.

4. La demeure de Dieu

L'homme a toujours voulu et veut encore savoir où Dieu habite. Ainsi, beaucoup de croyances religieuses et philosophiques au sujet de la demeure de Dieu ont été formulées. Voyons par la suite où est la demeure de Dieu. Dieu n’habite pas là où les hommes veulent où croient mais là où Il veut Lui-même. Puisque l'homme habite là où il veut et il déclare lui-même son adresse de résidence, Dieu agit de la même façon. Dieu Lui-même a révélé les emplacements, mais aussi le lieu de sa résidence permanent. Par la suite, nous présenterons certains de ces révélations et témoignages.
a) « Ainsi parle Yahvé : Le ciel est mon trône, et la terre l'escabeau de mes pieds. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel pourrait être le lieu de mon repos, quand tout cela, c'est ma main qui l'a fait, quand tout cela est à moi, oracle de Yahvé! » ( Is 66, 1-2). De ces mots, il semble que Dieu n'a pas besoin de maisons faits de main d’homme. Cela dit, l'apôtre Paul aux Athéniens que, « Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s'y trouve, lui, le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples faits de main d'homme » (Ac 17,24 ).
b) Ainsi, le ciel est déclaré en tant que demeure de Dieu ainsi que les points hauts comme illustré par le texte suivant: « Vers toi j'ai les yeux levés, qui te tiens au ciel »( Ps 123,1 ) et « Qui est comme Yahvé notre Dieu, lui qui s'élève pour siéger et s'abaisse pour voir cieux et terre?» (Ps113, 5-6 ).
c) Mais «le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous» (Jn I, 14) et comme nous le savons, le Christ est Dieu et homme. Alors Dieu habite en Christ, dans tous les sens du mot. L'apôtre Paul écrit en particulier que «en lui habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité » (Kol 2,9). Ainsi, quiconque vous demande de trouver Dieu en dehors du Christ frappe à la mauvaise porte. Le Seigneur Lui-même dit: «Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et sortira, et trouvera un pâturage.» ( Jn 10,9).
d) Selon ce qui a précédé, la demeure de Dieu peut être aussi chaque croyant, lorsqu'il réside dans le cœur du Christ. Cela ne signifie pas que Dieu laisse le Christ et entre dans le croyant, parce que la nature divine du Christ n'est pas séparé de la nature humaine. Les fidèles, par conséquent, est la maison du Christ, selon l'apôtre Paul qui dit: «tandis que le Christ, lui, l'a été en qualité de fils, à la tête de sa maison. Et sa maison, c'est nous, pourvu que nous gardions l'assurance et la joyeuse fierté de l'espérance.» ( He 3,6).
e) Ceci est confirmé par les paroles du Seigneur; « Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et vous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui » (Jn 14, 23 ). Ces mots signifient que le Fils de Dieu viendra avec son père comme Dieu-homme, non seulement comme Dieu, et habiter dans l'homme ci-dessus.
f) Compte tenu de ce qui a précédé, on peut comprendre que dans le cœur du croyant dans lequel habite le Christ, le spirituel de Sion existe, qui est la maison de Dieu. Sion est appelée demeure de Dieu dans la Bible avec les mots, « Car Yahvé a fait choix de Sion, il a désiré ce siège pour lui C'est ici mon repos à tout jamais, là je siégerai, car je l'ai désiré » (Ps 132, 13-14 ). Alors le croyant dans lequel habite le Christ est un résident de Sion en conformité avec les paroles de l'Apôtre Paul « Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion et de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, et de myriades d'anges, réunion de fête » (He 12,22).

5. Seulement mille ans?

« ils reprirent vie et régnèrent avec le Christ mille années » ( Ad 20,4 ).
Les passages suivants du Nouveau Testament ne sont pas cités comme une interprétation des paroles ci-dessus de l'Apocalypse de Jean ; ils sont cités non seulement pour comprendre la question originale, mais également comprendre la conclusion finale.
a.« le Royaume de Dieu est au milieu de vous » (Lc 17,21 ).
b.« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » (Jn 6,56 ).
c.« Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et vous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui » (Jn 14,23 ).
d.« Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde » ( Mt 20,20 ).
e.« et moi, une fois élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi » (Jn 12,32).
f.«Et quand je serai allé et que je vous aurai préparé une place, à nouveau je viendrai et je vous prendrai près de moi, afin que, là où je suis, vous aussi, vous soyez » ( Jn 14,3 ).
g.« Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi,» (Jn 17, 21 ).
h.«Je me sens pris dans cette alternative : d'une part, j'ai le désir de m'en aller et d'être avec le Christ, ce qui serait, et de beaucoup, bien préférable » (Ph 1,23 ).
Conclusion: Par conséquent de ceux-ci, on peut comprendre comment on règne avec le Christ éternellement, et non seulement mille ans.

6. Humilité et amour

L’ humilité est inconnue à beaucoup d’ entre nous. Pour certains elle est répulsive et ils ne veulent même pas entendre son nom. Quel dommage! Ils ne savent pas quel trésor ils manquent loin d’elle.
Là   où   se trouve l’ orgueil, l’ humilité cache son visage alors que là où se trouve l’ humilité, l’ orgueil disparait parce que tout simplement celle-ci est avec la lumiere et celui-la avec l’ obscurite. Cependant, comme la lumière   chasse l’ obscurite de même l’ humilité chasse l’ orgueil.
Celui qui est humble aime son être d’ un pur amour et haït l’ orgueil qui est mensonge. Mais les hommes ont tous la même nature, ils sont semblables et par conséquent celui qui aime vêritablement son être, aime aussi les autres hommes et il doit les aimer comme sa propre personne. Principalement, il aime le Christ qui est le nouvel homme.
L’ humilité conduit l’ homme sur des hauteurs. Celui qui chemine avec elle atteint des sommets. L’ amour est le plus haut sommet. Là où se trouve l’ humilité, la grâce de Dieu arrive et avec elle toutes les vertus et au centre l’ amour qui est l’ accomplicement de la loi divine. Et l’ amour est plus fort que le feu de l’ enfer. « Celui qui n’ aime pas, n’ a pas connu Dieu, car Dieu est amour» (1 Jn 4, 8).
Nous voyons donc que l’ humilité chasse l’ orgueil et apporte l’ amour, et que l’ amour conduit vers Dieu. Là où   se trouve Dieu, là il y a l’ humilité parce que « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il accorde sa grâce aux humbles »(Jc 4,6)
Lui même le Christ, le fils de Dieu, a pris le visage d’ un serviteur et s’ est tant humilié, enseignant ainsi de cette façon la valeur et l’ importance de l’ humilité.
Ainsi donc l’humilité et l’amour sont des éléments indispensables de la vie chretienne et constituent un trésor inestimable pour chaque être humain. Ceux qui essaient de l’ acquérir ont bien- sûr sagesse et intelligence, alors que pour ceux qui le méprisent on ne peut pas dire la même chose.

7. Qu’a-t-il le Christ et qu’a-t-il pas

Il a tout, sauf certains, très peu. Citons ci-dessus d’abord certains qu’il a et par la suite ceux qu’il n’a pas :
1. Il a comme Père Dieu, d’après les paroles de Son Père, «Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré » (He 1,5).
2. Il a l’amour de Son Père, d’après les paroles suivantes: «Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main» (Jn 3,35).
3. Il a le Saint Esprit d’après les paroles suivantes: «Voici mon Serviteur que j'ai choisi, mon Bien-aimé qui a toute ma faveur. Je placerai sur lui mon Esprit et il annoncera le Droit aux nations» (Mt 12,18).
4. Il a la gloire de Son Père d’après Ses paroles, «Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de la gloire que j'avais auprès de toi, avant que fût le monde » (Jn 17,5).
5. Il a la gloire du Saint Esprit d’après Ses paroles, « Lui me glorifiera, car c'est de mon bien qu'il recevra et il vous le dévoilera »(Jn 16,14).
6. Il a tout le pouvoir dans ce monde visible et invisible d’après Ses paroles, «Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre» (Mt 28,18).
7. Il a le pouvoir de pardonner les péchés des humains d’après Ses paroles, « Eh bien! pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir sur la terre de remettre les péchés, lève-toi, dit-il alors au paralytique, prends ton lit et va-t-en chez toi »(Mt 9,6).
8. Il a le pouvoir de parler de Lui, comme on peut voir par Ses paroles, «Jésus lui dit : « Je suis la résurrection. Qui croit en moi, même s'il meurt, vivra et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Le crois-tu ? »(Jn 11, 25).
9. Il a le pouvoir de juger d’après Ses paroles, « et il lui a donné pouvoir d'exercer le jugement parce qu'il est Fils d'homme »(Jn 5,27).
10. Il a la mariée, entre les choses connues, et les mots de Jean-Baptiste, « Qui a l'épouse est l'époux ; mais l'ami de l'époux qui se tient là et qui l'entend, est ravi de joie à la voix de l'époux. Telle est ma joie, et elle est complete »( Jn 3,29).
11. Il a, par la race humaine, une Mère Vierge, d’après ceci, «Or tout ceci advint pour que s'accomplît cet oracle prophétique du Seigneur : Voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et on l'appellera du nom d'Emmanuel, ce qui se traduit : « Dieu avec nous »( Mt 1, 22-23).
12. Il a aussi quelque chose qu’il n’a pas comme ceux-ci-dessus, il qu’il ne devait pas l’avoir. Il a contre lui la haine et l’hostilité de ses ennemis. Seul Pilate «Il savait bien que c'était par jalousie qu'on l'avait livré.»(Mt 27,18). Et le Psalmiste se demande, «Pourquoi ces nations qui remuent, ces peuples qui murmurent en vain? Des rois de la terre s'insurgent, des princes conspirent contre Yahvé et contre son Messie » ( Ps 2,1-2).
13. En fin, il a la volonté et la joie de donner ceux qu’il a et à ceux qu’ils l’acceptent, d’après, «Mais à tous ceux qui l'ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom» (Jn 1,12). Le Seigneur Lui-même a dit: « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Qui croit en lui n'est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu » (Jn 3,16-18).
Mais citons maintenant et ceux qu’il n’a pas :
1. Il n’a pas de péchés, d’après les paroles de Pierre, « lui qui n'a pas commis de faute -et il ne s'est pas trouvé de fourberie dans sa bouche »(1P 2,22), et comme le Seigneur Lui-même a dit aux Juifs, «Qui d'entre vous me convaincra de péché ? » ( Jn 8,46).
2. Il n’a pas de père humain comme on peut voir par le récit suivant,
«Or telle fut la genèse de Jésus Christ. Marie, sa mère, était fiancée à Joseph : or, avant qu'ils eussent mené vie commune, elle se trouva enceinte par le fait de l'Esprit Saint. Joseph, son mari, qui était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, résolut de la répudier sans bruit. Alors qu'il avait formé ce dessein, voici que l'Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint; elle enfantera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus »(Mt 1,18-21).
3. Il n’a pas de figure humaine puisque Lui-même est la Deuxième Figure de la Sainte Trinité, la Parole de Dieu, « Et le Verbe s'est fait chair »(Jn 1,14).

8. Péché et passion

Quand un chrétien consciencieux, estime qu’il a péché, il peut être pardonné par son Père Spirituel.
Mais si une passion est la cause de ce péché, cela signifie que quand le péché est pardonné par le Père Spirituel, la passion n’est pas éliminée aussi et que l'homme n’est pas parfait.
Ainsi, probablement l'homme fera le même péché à nouveau, à cause de cette passion. Et bien sûr, ici, on ne présentera pas les moyens d'éradiquer les passions, qui sont nombreuses et variées.
On doit mentionner que la passion, ne peut pas partir immédiatement comme le péché, mais peu à peu elle s’affaiblie, quand le chrétien consciencieux utilise des armes spirituelles appropriées. Pour l'affaiblissement progressif des passions, nous pouvons citer un fait simple.
Un homme bienveillant avait une passion pour le vol d'animaux. Quand il a rencontré un Père   et lui a confessé cette passion parmi ses autres péchés, il l’a aidé à couper un peu, car il s'est rendu compte qu'elle ne serait pas immédiatement coupée. Avant de partir, il lui a dit, « je te prie de ne pas voler des chevaux ». « Oui, cela est facile », il a répondu, et effectivement il a arrêté de voler des chevaux.
Quand il est allé de nouveau a l’église, le Père Spirituel lui a dit, « je te prie de ne pas voler des chèvres ». « Oui », répondit-il, et il a arrêté de voler des chèvres.
La fois suivante, le Père Spirituel lui a dit de nouveau, « je te prie de ne pas voler des moutons ». « Oui, même s’il me semble difficile », il a répondu, et il a effectivement cessé de voler des moutons.
De cette façon, le Père a réduit le nombre d'animaux volés. Alors, un jour, il lui a confessé joyeusement « Père, maintenant je cherche seulement des poulets! ».

9. LE SOLEIL DE LA JUSTICE

Quand Alexandre le Grand a rencontré Diogène et lui a dit « qu’est ce que vous voulez avoir ?», il répondit en ces mots: « Vous ne devez pas prendre ce que vous ne pouvez pas me donner ». On sait, qu’il parlait du soleil caché par Alexandre. Cet incident peut être vu allégoriquement.
Mettons à la place de Diogène, un chrétien fidèle, avec un peu de sagesse bien sûr. Et à la place d'Alexandre le Grand, mettons quelqu'un qui promet de donner des choses grandes. Enfin, le Christ tient la position du soleil.
Après cela, il est évident que chaque croyant doit retirer de son cœur tous les obstacles qui cachent le Christ, c'est à dire le Soleil de la justice. De même façon ceux qui guident leur peuple spirituellement, ne doivent pas mettre une barrière entre le Christ et le peuple avec leurs mots et leur comportement. Mais les chrétiens aussi ne doivent pas accepter n’ importe quelle personne, même sainte, pour gagner leurs cœurs.
Les chrétiens fidèles retirent même leur ego de leur cœur pour dire à tous, de ne cacher pas ce qu’ils ne peuvent pas donner.
Bien sur, un saint ne voudrait pas mettre un obstacle entre le peuple et le Christ. Mais cela peut se produire de la faiblesse des ouvriers évangéliques ou de la faiblesse de leurs auditeurs qui préfèrent les contes de fées, et non la parole de Dieu. Ainsi, alors que le Seigneur a dit, « Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux» (Mt 18,20 ), il y a le risque pour les fidèles de mettre quelqu’ un autre au milieu d’ eux.
Les chrétiens doivent se sentir à côté de l'autre, même s’ils occupent des postes différents. Si Alexandre avait la sagesse de Diogène, il n'aurait pas caché le soleil pour demander ensuite ce qu’il voudrait avoir. Il serait à côté de lui pour entendre ses paroles sages et le soleil éclairait tous les deux.
Lorsque le Seigneur, le Soleil de justice, descendit aux enfers, Diogène bien sûr, le reçut avec une grande joie. Et pourquoi pas, puisque, quand il était sur la terre, il cherchait le soleil et les gens lumineux parmi les gens ordinaires. Alors, maintenant, on ne peut pas lui retirer le soleil, parce qu'il a trouvé le vrai Soleil éternel, le Soleil de la justice.
Ici on peut mentionner deux exemples de personnes mises à côté afin de ne pas cacher le Christ du peuple. Jean le Baptiste qui a dit parmi d’ autres choses, «Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse » (Jn 3,30), et Paul, qui a dit,   « et ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).
Il est donc nécessaire de mettre de côté toutes les barrières qui séparent les gens de Christ, même si elles sont de la hauteur d'Alexandre le Grand. Les obstacles peuvent être aussi   les passions de l'âme, et le péché en général, comme d'autres nuages qui bloquent le soleil. Donc, on ne doit pas blâmer Alexandre le Grand qui a brièvement caché le soleil de Diogène, mais surtout les nuages, quand ils le cachaient complètement. Mais Diogène semble qu’il n’avait pas trop de nuages dans son âme, et maintenant il n’y en a aucun, puisque il a rencontré le Christ.

10. PRÉVISIONS DE LA SECONDE PRESENCE DU SEIGNEUR

On parle beaucoup de la seconde présence du Christ et très souvent avec des dates spécifiques, qui ne sont pas vérifiées à la fin.   Puisqu’ il faut répondre à cette tendance prophétique pour la détermination de ce jour-là, on doit mentionner ce que dit la Bible.
Pour le fait de la seconde venue du Christ, la Bible ne laisse aucun doute. En plus, le Credo parle de ce sujet avec les mots célèbres: «Et qui reviendra avec gloire, juger les vivants et les morts et dont le règne n'aura pas de fin."
Mais quand est-ce que ce jour viendra? La question n'est pas récente, elle a été posée au Christ par ses disciples « Seigneur, est-ce maintenant, le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ? »(Ac 1,6 ). Le Seigneur leur a donné la réponse, « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés de sa seule autorité » ( Ac 1,7). Mais il a dit aussi, «Quant à la date de ce jour, et à l'heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père, seul » ( Mt 24,36). Ces paroles du Seigneur ne donnent pas de réponse en ce qui concerne la date précise de sa présence. Ainsi l'Apôtre Paul a dit que, « le Jour du Seigneur arrive comme un voleur en pleine nuit » (1 Th 5,2). L'Apôtre Pierre dit les mêmes mots « Il viendra, le Jour du Seigneur, comme un voleur en pleine nuit » (2P 3,10). Alors, puisque Pierre et Paul ne savaient pas la date de la seconde venue du Seigneur, personne ne peut savoir « Qui en effet a jamais connu la pensée du Seigneur? Qui en fut jamais le conseiller ?» ( Rm 11,34).
Dans la Bible on trouve bien sur quelques événements qui précèdent la seconde venue du Seigneur, qui est en même temps la fin du monde : a) L'Evangile sera prêché partout dans le monde « Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage   à la face de toutes les nations. Et alors viendra la fin » ( Mt 24,14 ). b) Les Israélites croiront et ils seront sauvés, « Car je ne veux pas, frères, vous laisser ignorer ce mystère, de peur que vous ne vous complaisiez en votre sagesse : une partie d'Israël s'est endurcie jusqu'à ce que soit entrée la totalité des païens, et ainsi tout Israël sera sauvé, comme il est écrit: De Sion viendra le Libérateur, il ôtera les   impiétés du milieu de Jacob » (Rm 11, 25-26). c) La présence des faux Christs et des faux prophètes, «Il surgira, en effet, des faux Christs et des faux prophètes, qui produiront de grands signes et des prodiges, au point d'abuser, s'il était possible, même les élus» (Mt 24,24) et (Mc 13,22). d) La présence de l'Antéchrist, mais c’est le Christ qui va gagner à la fin, «Alors l'Impie se révélera, et le Seigneur le fera disparaître par le souffle de sa bouche, l'anéantira par la manifestation de sa Venue.»(2 Th 2,8). e) Il y aura des guerres et d’autres catastrophes, «On se dressera, en effet, nation contre nation et royaume contre royaume. Il y aura par endroits des famines et des tremblements de terre » (Mt 24,7)- (Mc 13,8 )- (Lc 21,11). f) le feu va détruire le monde, «Il viendra, le Jour du Seigneur, comme un voleur ; en ce jour, les cieux se dissiperont avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, la terre avec les œuvres qu'elle renferme sera consumée » (2 P 3,10). Alors une nouvelle création commencera à apparaître, «Ce sont de nouveaux cieux et une terre nouvelle que nous attendons selon sa promesse, où la justice habitera.» (2P 3,13). Les guerres et les faux prophètes existent toujours. Les autres événements n’ont pas eu encore lieu. Donc, toute prédiction sur la seconde venue du Christ, n’est pas juste. L'Apôtre Paul dit, «Que personne ne vous abuse d'aucune manière. Auparavant doit venir l'apostasie et se révéler   l'Homme impie, l'Etre perdu » ( 2 Th 2,3 ). Donc ce qui est important c'est d'aimer les gens à Christ. Ce qui est important c'est d'aimer le Christ, parce que cela garantit la couronne de justice que le Seigneur vous donnera, « à tous ceux qui auront attendu avec amour son Apparition » ( 2 Tm 4,8).
 


Arriere